La Durée (The Line as Time) – Paper Negatives…

Le philosophe Henri Bergson suggère que le temps n’est pas défini par la longueur du fil, mais par la durée pendant laquelle on trace le doigt la longueur de ce fil. L’exposition La durée incarne ce concept et le met en pratique pour examiner mon expérience que j’ai vécue pendant le printemps et l’été de 2020.

Commençant à la mi-mars, je me suis souvent retrouvée couchée par terre dans ma cour arrière à regarder le ciel. Un jour, j’ai pris ma caméra chargée avec du papier photographique, je l’ai posée à côté de moi et j’ai appuyé sur le déclencheur. Les photos exposées dans la galerie sont le résultat de ces jours-là. Ces images sont à la fois le un négatif et la photo finale; elles fonctionnent comme un index qui fait référence à la lumière observée pendant ces petits moments de répit. Ensemble, les photographies, la broderie et les cyanotypes sont des témoins de l’expérience sensorielle du temps; des sentiments suspendus, imprévisibles, annonciateurs et des tensions qui dominent cette époque.

The philosopher Henri Bergson argues that time is a qualitative construct. He asserts that time is not defined quantitatively as in the length of a line, but as an experiential sensation, as felt through the action tracing one’s finger along this line. My exhibition La durée personifies this concept: using it as a starting point to examine my experience of our current moment in time, as it began and evolved these past six months. 

Beginning mid-march, I often found myself lying on the ground in my backyard, looking up into the sky. One day, I took my 8×10 camera loaded with light-sensitive paper and laid it down beside me where I laid and pressed the shutter. The photos mounted here in the gallery are the same paper I loaded into the camera. These images are simultaneously a negative and a print; and function as indexical records of the light and passage of time observed during my reclusive moments. Together, the these photograms along side with the textile and cyano-photograms, are testimonies to my experience of time, the tensions and suspended sentiments that mark these present days in which we live.